vendredi 23 novembre 2012

Faut il un marocain prisonnier ou un marocain cultivé ?

Voila un constat triste et affligeant.

 Le budget consacré au Maroc pour la culture est 4 fois moins important que celui alloué à l’administration pénitentiaire. Bien sûr les détenus doivent avoir des conditions décentes qui respecte la dignité humaine. Je suis persuadé que la culture peut contribuer à réduire la délinquance. En proposant un meilleur service culturel, en sensibilisant et permettant aux marocains de s’intéresser à la musique, le théatre, la lecture. Il y a biensur des initiatives associatives et estudiantines , mais elles restent insuffisantes. Quand bien même une personne souhaite mettre en place une association culturelle , la procédure est lourde.

 Pour le budget 2013 :
Budget de l'Administration pénitenciere: 2.33 Milliards DHS http://t.co/qwOhT6vc
Budget de la Culture : 571 Millions de DHS www.lematin.ma/journal/Commission-parlementaire-de-l-enseignement-de-la-culture-et-de-la-communication_Amine-Sbihi-expose-son-projet--du-BudgetA2013-/174438.html
source: http://www.minculture.gov.ma/fr/images/stories/pdf/Diagnostic_economie.pdf

 Avec un patrimoine aussi riche et diversifié que nous avons la chance d’avoir , il est regrettable qu aucun gouvernement en place n’ait eu le courage de permettre au Maroc d’avoir un budget qui permette une réel dynamisme culturel.
 Nous remarquons qu’il y a toujours de plus en plus de personnes qui travaillent pour le ministère de la culture , mais que les investissement consentis restent toujours inférieurs aux salaires.
Il y a là , un problème .
 Je vous laisse tirer votre conclusion...

Y aurait-il une volonté à l’image du défaut de l’éducation nationale de garder les marocains incultes ?

 Le montant d’investissement peut être augmenté de près de 40 MDHS , Si on supprime les subventions accordées à la presse , et qui à mon avis ne servent à rien.
Pourquoi ?
Parce que subventionner une presse qui n’est pas lu n’est pas sain et favorise la présence de presse “torchon”’ Il est préférable d’avoir des entreprises de presse rentables.
 A l’état en collaboration avec tout les représentants de la presse de trouver des formules d’aides adéquates. les diffuseurs distribuent en moyenne entre 300.000 et 320.000 exemplaires par jour (http://www.thrmagazine.info/Le-lectorat-au-Maroc-les-journaux-produisent-en-moyenne-entre-300-000-et-320-000-exemplaires-diffuses-par-jour_a324.html )
Sans oublier qu'en développement efficacement la culture, il y aura plus de lecteurs , si les journaux sont de qualité journalistique.